C’est l’histoire du cocu le plus connu de l’Histoire de France. Nous sommes en 1663 quand le marquis de Montespan s’engage dans l’armée pour payer ses dettes. Pendant son absence, sa femme Françoise de Rochechouart de Mortemart (plus tard Athénaïs, marquise de Montespan) devient la favorite du roi Louis XIV. Le Montespan se lance alors dans une guerre effrénée contre le monarque pour récupérer celle qu’il croit être l’amour de sa vie. L’histoire contée dans le livre éponyme de Jean Teulé est adaptée par la brillante Salomé Villiers (Badine, Le Jeu de l’amour et du hasard) et mise en scène par le talentueux Etienne Launay (Pierre dans La Grande Musique). 

Amphitryon

On connaissait Athénais de Rochechouart pour son amour des arts et pour sa perfidie envers ses rivales. Impliquée dans la célèbre Affaire des Poisons et dans de sombres histoires de sorcellerie en 1680, l’envoûtante Athénaïs n’a pour obsession que de plaire ad vitam aeternam au Roi Soleil, dont elle est la favorite. Mais le livre de Jean Teulé s’intéresse à son mari à cornes, Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan. Il est la risée de toute la cour, il est le mari éperdument amoureux et aveuglé par l’idée que sa douce quittera un jour les dorures de Versailles. Il use de tous les stratagèmes pour atteindre le roi, orne son carrosse de cornes gigantesques, fréquente les bordels pour attraper des maladies infectieuses et les transmettre au roi. Il sera emprisonné puis exilé dans sa Guyenne natale. Sa quête sans limite le mènera à sa perte. Et, pendant que sa « défunte » femme côtoie les plus grands artistes à la cour, le marquis de Montespan, lui, les inspire. On dit d’ailleurs que Molière, en écrivant Amphitryon, s’est inspiré de l’histoire d’Athénaïs de Rochechouart et du marquis de Montespan. 

En immersion dans la France de Molière 

Dans l’intimité du théâtre de Ionesco, le spectateur est en immersion dans la France de Molière et de Lully. Dans sa mise en scène, Etienne Launay emprunte au théâtre de marionnettes et au spectacle de rue. « Comme Molière à son époque, j’ai imaginé une troupe de comédiens allant de place en place, dépliant son décor, allumant les bougies, et racontant la folle histoire du Marquis de Montespan » précise-t-il. 26 personnages, 21 lieux, 3 comédiens. Le défi est de taille et relevé avec brio. Le rythme est effréné, on se laisse transporter par cette troupe à l’énergie débordante. Le décor est tantôt sombre, tantôt poétique et lumineux. Simon Larvaron est un marquis de Montespan au charisme indéniable. Salomé Villiers et le prodigieux Michaël Hirsch (dont certains visages rappellent ceux de son premier spectacle Pourquoi ?) se partagent des dizaines de personnage avec finesse et dextérité. On se laisse totalement transporter par l’histoire fascinante de cet anti-héros du siècle de Molière, cet époux séparé mais inséparable. A voir absolument au Théâtre de la Huchette. 

J’y vais !

Le Montespan d’après le livre de Jean Teulé au Théâtre de la Huchette
Adaptation Salomé Villiers
Mise en scène Etienne Launay assisté de Laura Christol
Avec Salomé Villiers, Michaël Hirsch et Simon Larvaron