Gutenberg : le musical barré et endiablé !

gutenberg_affiche-hd

Sam et Max, deux jeunes rêveurs idéalistes, cherchent un producteur pour le spectacle épique qu’ils viennent d’écrire : GUTENBERG ! Le musical. Maladroits et géniaux, ils vous offrent, presque malgré eux, une véritable performance jouant une vingtaine de personnages, accompagnés d’un pianiste et de plein de casquettes, chacune symbolisant un personnage. Il suffisait d’y penser.

LieuSentier des Halles
Dates : jusqu’au 27 novembre 2016
Avec : Philippe d’Avilla, Sébastien Valter, Sébastien Ménard
Mise en scène : Nicolas Guilleminot


La comédie musicale pour les Nuls

C’est une comédie musicale pas comme les autres. Dans la salle confinée du sentier des halles, on ne sait d’abord pas à quoi s’attendre. Devant nous, des comédiens et surtout… des casquettes. Et à côté, un pianiste à l’air blasé. « Bonjour, je suis Sam, j’ai écrit cette comédie musicale, et voici Max mon meilleur ami, qui a composé les musiques ». Les deux personnages sont hésitants, gaffeurs, semblent inspirés par un tome de « la comédie musicale pour les Nuls ». Les deux compères ont suivi à la lettre la recette de la comédie musicale : trouver un héros historique, le mettre en musique et en faire une belle histoire. Et pour cette histoire, ils ont choisi Gutenberg. Leur rêve ? Impressionner un jour un producteur et jouer sur la scène du célèbre Mogador.

Hilarants et déjantés.

Très vite, Sam et Max nous embarquent dans leur univers complètement barré. De casquette en casquette, ils incarnent tous les personnages d’une comédie musicale digne de Broadway. Déjantés, les deux comédiens sont impressionnants. C’est une mise en abyme intelligente et surtout délirante : cette comédie musicale burlesque reprend tous les codes (bons ou mauvais) du musical à succès. Des personnages larmoyants, des chansons entraînantes aux paroles insignifiantes (une chanson sur les biscuits, par exemple !) ou encore une histoire d’amour impossible. Gad Elmaleh n’aurait pas mieux imité les méchants et les gentils dans cette loufoquerie.

« Un mélange insolite des Monty Python, de South Park et de Mel Brooks » Nicolas Guilleminot

Au-delà d’une caricature de la comédie musicale mainstream, Gutenberg est aussi le récit d’une passion et du rêve de deux jeunes auteurs-compositeurs. Sans décor ni costumes, Sam, Max et leur pianiste sèment le bonheur auprès de leur public. Ils réalisent une performance incroyable, mêlant l’humour à des tours de passe-passe (de casquette en casquette) vertigineux.

Bref, c’est une comédie musicale qui fait du bien, et qui même si elle ne joue pas (encore) à Mogador, est à ne pas louper !


Sur la pièce… 

GUTENBERG! The musical voit le jour en 2006. Il est présenté à Londres puis au prestigieux New-York Musical Theatre Festival, où il reçoit trois prix dont celui du meilleur livret de comédie musicale. Après plusieurs saisons dans le Off-Broadway, une quarantaine de villes des États-Unis accueillent les casquettes de Sam et Max. Après le Canada, la Finlande, l’Australie et la Corée du Sud, c’est au tour de l’hexagone de découvrir pour la première fois l’histoire véritablement fausse de l’inventeur de l’imprimerie. Adaptée par Baptiste Delval, produite par Laurent Giordanengo et mise en scène par Nicolas Guilleminot, la version française a été créée en mai 2015 à l’Aktéon Théâtre avant d’afficher complet au Théâtre des Brunes durant le Off d’Avignon la même année. Après quelques dates de tournée, nos héros chercheront le producteur fictif de leurs rêves de septembre à décembre 2016 au Sentier des Halles. En fin d’année, le musical comptabilisera plus de soixante dix représentations en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *