Michaël Hirsch reprend au Lucernaire !

AFFICHE Michael Hirsch_HD

 

Michaël HIRSCH : Pourquoi  ?
Théâtre du Lucernaire
Du 18 janvier au 2 avril 2017
Du mercredi au samedi à 21h30 et le dimanche à 20h

Le jeune comédien et humoriste Michael Hirsch présente  un seul en scène plein d’humour et de poésie, mis en scène par Ivan Calbérac. Après avoir triomphé aux Déchargeurs et au Studio Hébertot, il revient sur les planches du Lucernaire en 2017.

 

« Pourquoi être comme tout le monde alors qu’il y a déjà beaucoup de monde comme tout le monde ? »

Même sur la page Facebook aux couleurs pastels de l’affiche de son spectacle, Michael Hirsch ne manque ni d’humour ni d’imagination.

facebook-michael-hirsch

Les « Pourquoi » se succèdent et le jeune homme brandit son point d’interrogation à-tout-va, jusqu’à en parodier la célèbre photographie officielle de l’Elysée, embellie de la légende « Pourquoi changer le pansement au lieu de penser le changement ? ».

Pourquoi ?

Telle est la question existentielle à laquelle le comédien… ne va pas répondre. En revanche, c’est en interprétant une multitude de rôles, de l’enfant éveillé au vieillard aigri, du comédien en mal d’amour à l’ado révolutionnaire, qu’il soulève une ultime interrogation : « Pourquoi nous posons-nous des questions ? ». Et finalement, pourquoi ne trouvons-nous pas les réponses ? Est-ce l’absurdité de nos questions qui font qu’elles demeurent sans réponse ? Qu’à cela ne tienne, pendant 1h30, vous aurez de quoi faire travailler vos neurones et questionner votre for intérieur.

« Pourquoi faire œuvre de ses dix doigts ? Pourquoi dire amen à tout alors que la société n’amène à rien ? Pourquoi les dinosaures ont-ils disparu ? »

Du rock au baroque

Vous l’aurez compris, le fil d’Ariane du spectacle de Michael Hirsch, c’est le pourquoi du comment. Ce virtuose des mots et stratège de la rime joue d’un anticonformisme à la Desproges et jongle avec les lettres tel un Raymond Devos. Ses sketchs se suivent et s’enchaînent dans un méli-mélo de genres, caressant parfois le théâtre de l’absurde, un territoire à la frontière duquel le comédien prend plaisir à amener ses spectateurs. Et de « l’art rock à l’art baroque », Michael Hirsch se balade à travers les époques, endossant successivement la veste d’un jeune papa, le sweat d’un ado révolté et même le bonnet rouge du commandant Cousteau.

Chevalier du miracle

Toute l’originalité de ce spectacle réside dans ce subtil mélange entre le commun « one man show » et le récit. Car ses « sketchs » ou plutôt ses histoires, Michaël Hirsch les raconte (et en plus, il les écrit NDLR) dans une frénésie parfois déroutante, allant de monologues extravagants en tirades prosées.

Et chaque saynète est une histoire, réelle ou fictive, absurde ou réaliste. Michael dit avoir toujours été fasciné par la magie des histoires et par ceux qui les racontent, ceux que le poète espagnol Lope De Vega appelait « les chevaliers du miracle ».

C’est pendant ses études à l’école de commerce de Reims que Michael découvre sa passion pour le théâtre et l’art dramatique. Il intègre alors, à partir de 2007, une troupe amateur encadrée par des professionnels de La Comédie de Reims, avant d’interpréter ses premiers rôles dans des pièces. C’est aussi à Reims qu’il rédige son premier spectacle « Pourquoi » mis en scène par Malick Gaye, et qui fait peut-être de lui aujourd’hui,  en plus d’un maitre du langage, un de ces « chevaliers du miracle ».

> Cet article est repris de l’article publié sur www.publikart.net 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *